La compensation en apnée : les techniques

Les techniques pour équilibrer les pressions en apnée.

Vous aimez ? Alors partagez :

Morgan daanverhoeven09652 mini

Je débute mon blog sur l’apnée en partant d’un sujet central de cette discipline : La compensation.

Il y a deux éléments importants à compenser en apnée pour éviter l’apparition d’un barotraumatisme. Ce sont les oreilles et le masque.

Pour équilibrer les oreilles, il y a différentes méthodes.

La manœuvre de Valsalva :

C’est la première technique que l’on enseigne à tout débutant en apnée. Elle consiste à se boucher le nez d’une main et à fermer la bouche puis d’insuffler de l’air depuis les poumons vers les voies respiratoires supérieurs. Il faut faire comme si on voulait expirer de l’air ou se moucher tout en gardant fermer le nez et la bouche. Cette technique permet à l’air mise ainsi sous pression d’aller dans l’oreille moyenne par un conduit qui s’appelle par les trompes d’eustaches. Cela se manifeste par un petit claquement ou sifflement.

Avantages:

Facile à apprendre

Inconvénients:

Consommation importante d’air et demande de fournir des efforts abdominaux et thoracique à risque en termes de lésions. Equilibrage lent. Inefficacité à une profondeur inférieure au volume résiduel du plongeur.

Précautions:

Risque de lésions barotraumatique aux oreilles et aux poumons à grande profondeur.

 

La technique de Frenzel

C’est méthode est approximativement la même que celle de Valsalva sauf qu’on ne provoque pas la surpression à l’aide des muscles des poumons (diaphragme et muscles intercostauds) mais plutôt, au niveau de la cavité buccale grâce à la langue voir même aux joues. L’objectif est d’envoyer sous pression l’air contenu dans la cavité buccale dans l’oreille moyenne en effectuant un mouvement de piston de la langue qui va pousser l’air vers l’arrière de la gorge puis vers les trompes d’eustaches. Pour que l’air ne redescende pas vers les poumons, il faut impérativement fermer l'épiglotte lors de la compensation. Il y a deux variantes à cette méthode. Le T-lock qui consiste à placer la langue derrière les dents du haut et d’imiter le son T en fermant la bouche pour effectuer le mouvement de piston. Et le K-lock qui nécessite de venir placer la langue plus à l’arrière et en haut de la bouche contre le palais et de pousser l’air derrière le voile du palais afin qu’elle remonte vers l’oreille.

Avantages:

Pratique, sure et efficace. Il est possible de descendre rapidement. Efficace à grande profondeur même en dessous du volume résiduel. Possible de descendre au pince nez et de libérer ainsi les mains.

Inconvénients:

Demande de maitriser simultanément l’épiglotte, le voile du palais et la langue.

Précautions:

Il est possible de repousser ses limites de profondeur. Lésions possible trachée et poumons.

 

La béance tubulaire volontaire ou BTV

Cette technique consiste à savoir prendre conscience des muscles qui commandent la trompe d’eustache et permettent de la mettre droite afin que l’air puisse y circuler librement. C’est la méthode la plus compliquée techniquement à maitriser mais aussi la plus confortable et qui sans doute demande le moins de consommation en oxygène. Elle ne nécessite pas de se boucher le nez et donc elle permet d’être plus hydrodynamique. Le moyen le plus efficace pour y prendre conscience est de comprendre les effets du bâillement car dans ce cas, nos trompes d'eustache sont ouvertes. Donc pour réaliser la BTV, essayez d'imiter le processus de bâillement en terme d'action des muscles sans ouvrir la bouche bien sûr. Seulement nous ne sommes pas tous égaux. Certaines personnes ont le conduit de la trompe d'eustache plus droit ou plus large que d'autres. Mais il n'empèche que d'essayer d'apprendre à maitriser ces muscles facilite aussi la réalisation des autres techniques si on essaye de les associer.

Avantages:

Parfait en termes d’hydrodynamisme et de minimisation de l’effort, faible consommation d’oxygène. La technique qui offre le plus de sureté lorsqu’elle est maîtrisée.

Inconvénients:

Nécessite la maîtrise des muscles péristaphylins. Technicité et maitrise de la méthode. Certaines personnes ne peuvent pas ou difficilement effectuer cette technique. Est inefficace à une profondeur supérieure au volume résiduel.

La manœuvre d’Edmond

Cette méthode vient en supplément d’un Valsalva ou d’un Frenzel et consiste à mettre la mâchoire en avant lors de la compensation.

La manœuvre de Toynbee

Celle-ci contrairement aux précédentes peut-être nécessaire à la remontée. Je dis bien peut-être car en général, il n’est pas utile de prêter attention à ses oreilles à la remontée. Mais si l’air ne repasse pas de l’oreille moyenne par la trompe d’eustache, vous risquez d’être embêtez. Donc à l’inverse, ici on va chercher à faire une sous pression dans la cavité buccale afin d’attirer l’air contenue dans les oreilles en pinçant le nez et soit en déglutissant ou en essayant d’inspirer.

Voici les principales techniques de base pour pratiquer la plongée.

Au début, au moins une de ces techniques doit être maitrisée pour pouvoir plonger soit à sec puis à faible profondeur.

Le risque si vous ne compensez pas, c’est que vous pouvez avoir au mieux une douleur importante du tympan, sinon la déchirure de celui-ci et cela peut entrainer une surdité voir même une infection de l’oreille interne.

Les noms de ces méthodes viennent de leurs inventeurs.

Equilibrer son masque

C’est le deuxième élément qu’il est nécessaire de penser à équilibrer en apnée. Le risque est d’avoir un plaquage de masque lors de la descente et de subir un effet de succion des yeux. Pour cela, il faut penser à ne pas pincer le nez en permanence à la descente et d’insuffler de l’air de temps en temps dans le masque.

D’autres techniques de compensation existent comme le mouthfill ou l'immersion des sinus. Mais je vais ici me concentrer sur l’essentiel puis nous verrons ensuite chaque technique en détail. D’autant plus que les techniques citées ci-dessus permettent de plonger à des profondeurs déjà importantes.

Vous aimez ? Alors partagez :

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !